Questions / réponses sur Montessori

C’est une pédagogie fondée sur le désir d’apprendre dans la joie et sur la conquête de l’autonomie et de l’indépendance. Bien plus qu’une méthode, c’est une philosophie respectueuses des besoins fondamentaux de l’enfant. Une véritable aide à la vie !

Maria Montessori. C’est la première femme médecin de l’université de Rome. Elle est née le 31 août (comme moi !) 1870 en Italie. Après avoir travaillé auprès d’enfants « déficients mentaux », elle ouvre la première Maison des enfants dans un quartier défavorisé. Contrairement aux idées reçues, elle n’a pas conçu cette approche pour les riches ou les surdoués. Sa pédagogie s’adresse à tous.

A partir de ses observations sur les enfants, Maria Montessori découvre alors à quel point ils sont capables de se concentrer sur une activité et de s’autodiscipliner. Elle conçoit alors du matériel adapté à leur taille et à leur force. Dans une ambiance Montessori, il est mis à hauteur et à vue des enfants de sorte qu’ils puissent choisir librement leurs activités et puissent les répéter aussi longtemps et aussi souvent qu’ils le souhaitent. Il est autocorrectif, exemplaire unique et isole chaque concept.

Elle découvre aussi qu’au cours de ses 6 premières années, l’esprit de l’enfant est dirigé par des périodes sensibles.  Il s’agit d’un laps de temps pendant lequel l’enfant est capable d’absorber inconsciemment, sans effort, avec enthousiasme et en profondeur un caractère déterminé de son développement. C’est, par exemple, le cas du langage. Il s’inscrit naturellement, de manière irréversible et indélébile.

La confiance et l’estime de soi. C’est en aidant l’enfant à avoir confiance en lui qu’il parviendra à être autonome et indépendant et à construire le monde de demain. En insufflant la paix en chaque enfant, je suis convaincue que l’éducation peut changer le monde.

Ce qui est aussi intéressant est que les découvertes en neurosciences confirment ce que Maria Montessori avait commencé à explorer il y a cent dix ans. On sait aujourd’hui que quatre facteurs facilitent l’apprentissage : l’attention, l’engagement actif (un organisme passif n’apprend pas), le test ou retour d’information (sans erreur, pas d’apprentissage) et la consolidation des acquis.

Aucune ! Mais si je dois vraiment répondre à cette question, il me semble que la seule limite qu’il pourrait y avoir est l’adulte. La posture de l’adulte est primordiale. Son rôle est d’accorder à l’enfant une confiance sans limite. Il doit être est capable de le soutenir, l’encourager et de faciliter ses apprentissages Quelles que soient ses spécificités. Je crois que cela nécessite une démarche de développement personnel pour accompagner au mieux chaque enfant.

L’objectif est justement de les aider à s’adapter au monde de demain. Développer la curiosité de l’enfant, l’ouvrir aux autres, faire naître le désir de découvrir par soi-même, aimer l’autonomie comme la responsabilité sociale, se soucier de l’environnement sont les fondamentaux qui feront de l’enfant un adulte épanoui dans le monde qui sera le sien. Maria Montessori avait pressenti l’accélération du développement du progrès et le rôle essentiel de l’éducation. Elle disait : « N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui, ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands ».

On compte environ 200 écoles mais c’est encore très peu comparé à nos voisins européens. En Inde, au Japon et en Amérique du Nord, elles sont des milliers.

Oui, bien sûr. En France, il y a très peu de collèges et lycées Montessori mais les enfants peuvent ensuite intégrer le collège facilement. Pas d’inquiétude à avoir sur les programmes et les apprentissages. Les enfants ont bien souvent un niveau supérieur à celui demandé à la fin du CM2 par l’éducation nationale. Grâce à la confiance, l’estime de soi, l’autonomie et l’indépendance qu’ils ont construit les années précédentes, ils n’ont généralement aucun mal à s’adapter à ce nouvel environnement.

Pour ne citer que les plus célèbres, les fondateurs de Google et Amazon sont passés par des écoles Montessori. Will Whright, créateur des Sims (Spore et Simcity) a déclaré « Montessori m’a enseigné la joie de la découverte. Cela m’a montré que l’on pouvait s’intéresser à des théories complexes, comme celles de Pythagore par exemple, en jouant avec des cubes. Il s’agit d’apprendre pour soi-même plutôt que de recevoir l’enseignement du professeur. SimCity est directement issu de Montessori – si vous donnez aux gens ce modèle de construction des villes ils en tireront les principes de l’urbanisme ».

Malheureusement, à ce jour, peu d’études ont été menées par des scientifiques. Mais, voici en voici quelques une démontrant les bienfaits sur le développement enfant :